Muhammad Ilyas et Jama'at Tabligh (3)

Publié le par 'Issa

Cheikh ul-Islam ibn Tayymiya (RahimULLAH):





Il y a auprès de ce grand Imam Sunnite (dans le sens particulier du terme) un avis juridique fort et important, une grande Fatwa, qui se vérifie concernant les adeptes du groupe inventé en Inde : Djamaatou – Tabligh, ces adeptes qui sont (aussi) présents en Arabie – Saoudite.

Cet avis juridique concerne la Da’wa (le prêche, l’invitation à l’Islam), qui est faite d’une manière non légiférée. (Qui n’est pas bâtit sur les sources Divines : le Coran, la Sunnah, et le consensus).

Cette solidité qui provient de lui (Ibn Taymiyya) vis-à-vis de cela (celui qui prêche d’une manière non légiférée) est là, mais (pour celui) qui a une bonne croyance, mais, alors que dire s’il fallait ajouter à cela (que le prêcheur qui le fait d’une manière non légiférée a) une croyance non authentique.

Tout en sachant que le Cheikh (Ibn Taymiyya) ne se hâte pas à répondre immédiatement, en effet, il établit (avant de répondre) des règles, des bases importantes, dignes, que doivent connaître les prêcheurs (à l’Islam), qu’ils doivent assimiler.

Cheikh al Islam qui est un signe de son époque fût donc questionné :

* Sur un groupe qui se réunissait avec pour but (de commettre) les grands péchés, comme le meurtre, voler les gens dans les chemins, voler, boire de l’alcool, ainsi que d’autre péchés.
Ensuite, un Cheikh parmi les Cheikhs, connu pour son bien et son suivi de la Sunnah, désirait l’arrêt (des péchés) de ce groupe évoqué, mais il était impossible pour lui de faire cela sauf de la manière suivante :

En les réunissant autour d’un tambourin ouvert, et en chantant des poésies licites et sans flûtes.
Suite à cela, une partie d’entre eux se repentit et donc, le lâcheur de la prière, le voleur, revint à l’application des obligations (religieuses), et ils s’éloignèrent des interdits.

Cheikh, ce qu’a fait ce Cheikh, sa manière de prêcher, est ce licite ? Vu les profits engendrés par cela : le repentir d’une partie du groupe ! Et vu que le Cheikh ne pouvait pas prêcher autrement que de cette manière ?

Note : Dans cette question il est contenu plusieurs points :

1 : La situation gravissime du groupe avant leur repentir : des grands désobéissants, des meurtriers, etc.
2 : Le prêcheur est connu pour être quelqu’un de bien, qui suit la Sunnah.
3 : Le prêcheur ne désirait que le bien.
4 : Le prêcheur ne pouvait pas faire Da’wa autrement que de cette manière.
5 : Le prêcheur n’a pas fait de péchés avec eux, il n’a que taper du tambourin ouvert, des poésies licites sans flûtes.
6 : Sa manière de faire est la cause d’un grand bien : leur repentir.

Tout cela n’a pas fait triompher la passion du Cheikh (Ibn Taymiyya), mais il a établit sa fatwa sur des preuves Islamiques, la règle qu’il a établit sur cela est la suivante :

Le Cheikh qu’Allah lui fasse miséricorde a donc répondu :

« Louanges à Allah, Seigneur de l’Univers, la réponse de base concernant cette problématique et (toutes les problématiques) qui ressemblent à celle-ci, est qu’il faut savoir qu’Allah a envoyé Mohammed prière et salut sur lui avec la guidée, et avec la religion de vérité, pour la faire triompher sur toute autre religion, et Allah suffit comme témoin.

Et il (Allah) a parachevé pour la communauté la religion (l’Islam) comme le dit Allah :

Allah dit : « …….Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous…….. » S5V3

Et il (Allah) a promit le bonheur à celui qui lui obéira, et le malheur à celui qui lui désobéira.

Allah dit : « Quiconque obéit à Allah et au Messager... ceux-là seront avec ceux qu'Allah a comblés de Ses bienfaits: les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là! » S4V69

Allah dit : « .. Et quiconque désobéit à Allah et à Son Messager aura le feu de l'Enfer pour y demeurer éternellement » S72V23

Et certes Allah a ordonné à ses créatures en ce qui concerne leurs divergences dans la religion de revenir à ce avec quoi Mohammed paix sur lui a été envoyé.

Allah dit : « les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). » S4V59

Et certes (Allah) nous a informer qu’il (Mohammed paix sur lui) appelle à Allah, au droit chemin, comme cela est évoqué dans le Coran :

Allah dit : « Dis: "Voici ma voie, j'appelle les gens à (la religion) d'Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Allah! Et je ne suis point du nombre des associateurs. » S12V108

Allah dit : « ..Et en vérité tu guides vers un chemin droit.. » S42V52

Il (Allah) nous a informer qu’il (Mohammed paix sur lui) ordonne le bien, et interdit le mal, qu’il rend licite les bonnes choses et rend illicite les mauvaises choses.





En effet, Allah dit : « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu'ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l'Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui; ceux-là seront les gagnants. » S7V157

Le Prophète d’Allah (paix et salut sur lui) a ordonné tous les biens, et a interdit tous les maux.
Il a rendu licite toutes les bonnes choses, et rendu illicite toutes les pourritures.

Il est rapporté dans l’authentique qu’il (Mohammed paix sur lui) a dit : « Allah n’a pas envoyé un Messager sans que celui-ci dirige sa communauté vers ce qui est bien, et lui interdise le mal. »

Il est rapporté de al-Ou’rbad ibn Sariyya ceci : « Le Prophète paix sur lui nous a fait un sermon qui a fait trembler les c½urs, et qui a fait couler les larmes des yeux. »
« Nous avons dit : « Ho Prophète (paix sur lui), on dirait un sermon d’adieux, qu’exiges tu de nous ? »
« Je vous recommande d’écouter et d’obéir, celui qui vivra parmi vous verra beaucoup de divergences, attachez vous à ma Sunnah, et celle des Califes biens guidés après moi, attachez vous à elle, mordez là avec vos molaires. Prenez garde aux nouveautés, car toute innovation est un égarement. »

Il est rapporté du Messager (paix sur lui) : « Je n’est pas laisser une choses qui vous éloigne du Feu sans vous en avertir. » Et il dit : « Je vous est laissé sur une voie claire, sa nuit comme son jour, celui qui s’en écarte est voué à l’échec. »

Il y a beaucoup de preuves concernant cette très grande base, qui proviennent du Coran et de la Sunnah, les gens de science expliquent, éclaircissent bien cela.

Comme l’ont fait l’Imam Al-Boukhari, l’Imam Al-Baghawi ainsi que d’autres.

Celui qui s’accroche au livre (le Coran) et à la Sunnah sera parmi les amis d’Allah, pieux, et sera du groupe d’Allah, celui des vainqueurs, et il sera parmi ses soldats, ceux qui l’emportent.

Les pieux prédécesseurs disaient : « La Sunnah est comme le bateaux ne Nouh, celui qui le prend est sauvé, quand à celui qui ne le prend pas, il se noiera. »

Cheikh A-Zahri a dit : « Les savants qui sont passés disaient que s’accrocher à la Sunnah est un succès. »

Si cela est connu, alors il est connu aussi que ce avec quoi Allah guide les égarés, et oriente les pervers, et fait repentir les pécheurs, se trouve obligatoirement dans ce qu’il a envoyé qui se trouve dans le Coran et la Sunnah.

Et si ce n’était pas le cas, alors la religion de l’Envoyé d’Allah paix sur lui serait incomplète, elle aurait besoin d’être complétée.
Et il faut savoir que tous les bonnes actions, obligatoires ou non, ont un ordre d’Allah les concernant, de même, tous les mauvaises actions ont un ordre d’interdiction d’Allah les concernant.

Si l’action comporte une réforme, un bien, et un mal, le législateur est sage et légifère l’action dont le bien est plus grand, quand à celle dont le mal est plus grand elle n’est pas légiférée, elle est interdite comme le dit Allah :

Allah dit : « Le combat vous a été prescrit alors qu'il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose alors qu'elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle vous est mauvaise. C'est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas.» S2V216

et : « Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis: "Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité. » S2V219

Pour cela, Allah les a donc interdit.

Ainsi, ce que les gens voient comme un bien qui les rapproche d’Allah, et qui ne sont pas légiférés ni par Allah, ni par son Messager (paix sur lui), et bien il est obligé que leurs maux sont plus grands que leurs biens.

Et si vraiment, le bien est plus grand que le mal, et bien le Législateur ne l’aurait pas délaissé, le Prophète paix sur lui est sage, il n’a pas négligé tous les intérêts de la religion, il n’a rien oublié qui rapproche les croyants du Seigneur de l’Univers.

Si cela est clair alors nous disons : Le Cheikh évoqué (dans la question) a certes visé que le groupe (des pécheurs envers Allah) se repente de leurs grands péchés, et il ne lui était pas possible de faire cela sauf de la manière évoqué (dans la question), qui est innovée.
Cela prouve que le Cheikh est un ignorant des manières légiférées qui par elles se repentent les pécheurs, ou alors, il est incapable (une faiblesse de sa part) de les appliqués.

Le Messager d’Allah (Paix et prière sur lui), les Compagnons, Ceux qui les ont suivis du bon suivis invitaient ceux qui sont pires qu’eux (le groupe évoqué dans la question), dans la mécréance, la perversité, le péché, de manières légiférées, qui ne comportent pas d’innovations.(comme ce Cheikh l’a fait)

Il est interdit de dire : Il n’y a pas dans les chemins légiférées pour lesquelles Allah a envoyé le Messager paix sur lui de quoi faire repentir les gens du péché.

Il doit être dit : il y a parmi les Cheikhs des ignorants vis-à-vis des chemins légiférés, des incapables (une faiblesse de leurs parts), il n’y a pas auprès de lui de la science tiré du Coran et de la Sunnah, afin qu’il prêche autrui, et lui fasse entendre cela, par quoi Allah les fera repentirs.

Que ce Cheikh soit juste concernant cela : les chemins légiférés et les chemins innovés (et qu’il revienne aux chemins légiférés), avec le meilleur but s’il y a auprès de lui de la religion, (dans le cas contraire) ou alors il désire avoir sur eux (le groupe de pécheurs) une autorité, et ainsi prendre leurs argents (faussement) comme le dit Allah :

« vous qui croyez! Beaucoup de rabbins et de moines dévorent, les biens des gens illégalement et (leur) obstruent le sentier d'Allah. A ceux qui thésaurisent l'or et l'argent et ne les dépensent pas dans le sentier d'Allah, annonce un châtiment douloureux, » S9V34

Aucun ne peut être injuste vis-à-vis des chemins légiférés et des chemins innovés (en prenant justement les chemins innovés, non légiférés) sauf si cela est dû à l’ignorance, l’incapacité, ou à cause d’un désire perverti (interroge ton âme).

Sinon il est connu que l’écoute du Coran, c’est l’écoute des Envoyés (paix sur eux), de ceux qui savent, des croyants.

Allah dit concernant les croyants : « Voilà ceux qu'Allah a comblés de faveurs, parmi les prophètes, parmi les descendants d'Adam, et aussi parmi ceux que Nous avons transportés en compagnie de Noé, et parmi la descendance d'Abraham et d'Israël, et parmi ceux que Nous avons guidés et choisis. Quand les versets du Tout Miséricordieux leur étaient récités, ils tombaient prosternés en pleurant. » S19V58

Concernant les gens de connaissance : « Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager (Muhammad) tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu'ils ont reconnu la vérité. » S5V83

Concernant la réalité des gens de science : « [107] Ceux à qui la connaissance a été donnée avant cela, lorsqu'on le leur récite, tombent, prosternés, le menton contre terre [108] et disent: "Gloire à notre Seigneur! La promesse de notre Seigneur est assurément accomplie". [109] Et ils tombent sur leur menton, pleurant, et cela augmente leur
humilité. » S17V107/108/109

Et concernant les croyants : « Les vrais croyants sont ceux dont les c½urs frémissent quand on mentionne Allah. Et quand Ses versets leur sont récités, cela fait augmenter leur foi. Et ils placent leur confiance en leur Seigneur. » S8V2

Et aussi : « Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont (certains versets) se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui redoutent leur Seigneur frissonnent (à l'entendre); puis leurs peaux et leurs c½urs s'apaisent au rappel d'Allah. Voilà le (Livre) guide d'Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n'a point de guide. » S39V23

Par cette écoute (celle du Coran) Allah a guidé ses esclaves, a réformé leurs subsistance et leurs destins, leurs vies futures.
Et avec elle (son écoute) il a envoyé le Prophète (paix sur lui), avec elle, il a donné des ordres à ceux qui ont émigrés et ceux qui les ont accueillis ainsi que ceux qui les ont suivis du bon suivi.

Autour de cette écoute se réunissaient les pieux prédécesseurs, comme les compagnons du Messager (paix sur lui), quand ils se réunissaient, l’un d’entre eux lisait le Coran, pendant qu’eux, écoutaient.

Omar Ibn al-Khattab disait à Abi Moussa : « Fais nous rappeler notre Seigneur », alors (Abou Moussa) lisait (le Coran) et eux écoutaient.

Dans l’authentique, le Prophète (paix et prière sur lui) passa près de Abi Moussa al-Acha’ri alors qu’il récité, il (paix sur lui) l’écouta, et lui dit : « Je suis passais auprès de toi hier, je t’ai écouté » puis Abou Moussa lui dit : « Si j’avais su cela, alors j’aurais encore amélioré ma voie, (lecture) »

Dans l’authentique, le Prophète (paix sur lui) a dit à Ibn Massoud de lire sur lui le Coran, alors il lui dit : « Je vais lire sur toi le Coran alors que sur toi il est descendu ? »
Alors il dit (paix sur lui) : « j’aime l’entendre d’autre que moi »
Alors Ibn Massoud lis la Sourate : Les femmes jusqu’au verset :

« Comment seront-ils quand Nous ferons venir de chaque communauté un témoin, et que Nous te (Muhammad) ferons venir comme témoin contre ces gens-ci ? » S4V41

Alors il (paix sur lui) lui dit : « Cela suffit » ( traduction rapprochée )

Ibn Massoud regarda vers lui, ses yeux étaient en larmes.

Et donc, autour de cette lecture se réunissaient les (pieux prédécesseurs appartenant à ces) siècles dont le Messager (paix sur lui) a fait les éloges à travers ce hadith :

« Les meilleurs personnes sont celles de ma génération, puis celles qui les suivent, puis celles qui les suivent »

Les pieux prédécesseurs ne se réunissaient autour d’une lecture autre que celle-ci.
Que cela soit dans le Hedjaz, au Yémen, au Cham, en Egypte, en Irak, etc.

Ensuite, est apparu l’écoute innovée.

Allah a fait les éloges des gens de ces écoutes (du Coran) attirés par lui, et il a aussi blâmer ceux qui éloignent (la lecture du Coran, le Coran) d’eux.

Allah a certes informé que (cette écoute du Coran) est une cause de miséricorde.

Allah dit « Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l'oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde (d'Allah). » S7V204

Allah dit : « qui lorsque les versets de leur Seigneur leur sont rappelés, ne deviennent ni sourds ni aveugles… » S25V73

Allah dit : « Le moment n'est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs c½urs s'humilient à l'évocation d'Allah et devant ce qui est descendu de la vérité
(le Coran) ? » S57V16

Allah dit : « Et si Allah avait reconnu en eux quelque bien, Il aurait fait qu'ils entendent. Mais, même s'Il les faisait entendre, ils tourneraient (sûrement) le dos en
s'éloignant. » S8V23

Allah dit : « [50] Qu'ont-ils à se détourner du Rappel ? [50] Ils sont comme des onagres épouvantés, [51] s'enfuyant devant un lion. » S74V49/50/51

Allah dit : « Quel pire injuste que celui à qui on a rappelé les versets de son Seigneur et qui en détourna le dos en oubliant ce que ses deux mains ont commis? » S18V57

Allah dit « [123] ……si jamais un guide vous vient de Ma part, quiconque suit Mon guide ne s'égarera ni ne sera malheureux. [124] Et quiconque se détourne de Mon Rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne, et le Jour de la Résurrection Nous l'amènerons aveugle au rassemblement". [125] Il dira: " mon Seigneur, pourquoi m'as-Tu amené aveugle alors qu'auparavant je voyais ?" [126] (Allah lui) dira: "De même que Nos Signes (enseignements) t'étaient venus et que tu les as oubliés, ainsi aujourd'hui tu es oublié". »
S20V123/124/125/126

Concernant ce sujet, il y a beaucoup d’exhortations encore dans le Coran, qui ordonnent donc, de suivre ce avec quoi a été envoyé le Messager (paix sur lui), du livre d’Allah et de la sagesse (la Sounnah), mais, qui ordonnent aussi, d’écouter.

Et Allah a certes légiférer, ordonner aux musulmans, d’écouter aux prières de I’cha, Maghreeb, et Fadjr.

Allah dit : « Accomplis la Salâ au déclin du soleil jusqu'à l'obscurité de la nuit, et (fais) aussi la Lecture à l'aube, car la Lecture à l'aube a des témoins. » S17V78

Ainsi, Abdallah ibn Rawaha a fait les éloges du Messager (paix sur lui) en écrivant une poésie concernant le Messager (paix sur lui) et sa lecture.

(je ne peux traduire cette poésie en Français / désolé)

Les situations des gens de cette écoute (du Coran), sont évoquées dans le livre d’Allah, (concernant) la crainte (contenue) dans les c½urs, les larmes qui coulent des yeux, l’hérissement des peaux (ou chair de poule).

Ensuite est apparut les vers (de poésie – contexte précis évoqué ) après ces (3 premières) générations, les Imams désavouèrent cela.

L’Imam Chafi-i’ (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « A Bagdad est apparut des irréligieux, pervers, qui tapent les tambours avec des barres, prétendant que cela attendrit les c½urs, par cela, ils détournent les gens du Coran. »

L’Imam Ahmed a dit concernant cela : « Nouveaux » puis à la question : « peut-on s’asseoir avec eux ? » il répondit : « il ne faut pas s’asseoir avec eux »

Donc, taper sur les tambours avec des barres et ce qui ressemble à cela était désavoué par les Imams, alors que dire des grands Savants qui (de même) désavouèrent cela, (et donc) n’assistaient pas (à ces écoutes).

Comme al-Fadil ibn A’yyiad, Ibrahim ibn adham, Abi Soulaymen a-Darani, etc.

Ainsi que ces grands savants venus après comme Abdoul-Qadir, Cheikh A’di, etc.



Le Savant Ibn al-Djounayd fut interrogé sur cela (ces assises de tambours) alors il dit :

« Celui qui se charge de cette écoute est tomber dans la tentation, quand à celui qui passait par là, puis c’est reposé de cette écoute (est aussi tomber dans cette tentation). »

Ici, le Cheikh, a donc mit en évidence que celui qui désire cette écoute est donc mit a l ‘épreuve, mais aussi tomber dedans, mais quand à celui qui passe par là, entend, mais ne se repose pas auprès de cette écoute, et bien ici, il n’y a pas de mal.

L’interdiction concerne le fait d’écouter et non d’entendre, donc, si un homme passe auprès de gens qui prononcent des paroles illicites, il n’est pas obligé de boucher ses oreilles, mais il ne doit pas écouter, pour cela le Messager (paix sur lui) n’a pas ordonner Ibn Omar de boucher ses oreilles lorsqu’il entendit la flûte d’un berger, car il n’écouté pas, mais il a entendu.

Quand à la question : « Est-ce licite ou illicite ? » elle est résumée et donc ambiguë.

La règle religieuse sera (pas claire) et les Muftis ne pourront pas donnés une réponse comme il se doit, car cette écoute (de frapper les tambours) se fait de deux manières :

La première manière : Est-il interdit ou non (d’écouter) comme cela se fait, en se délectant (de cette écoute), par amusement comme lors des mariages ou autres.

Comme le font donc les gens pour s’en délecté, par amusement, et non par adoration afin de se rapprocher d’Allah.

La deuxième manière : Est de le faire par adoration, pour réformé les c½urs, de les orientés vers l’amour de l’adoration de leur Seigneur, pour purifié leurs cours les lavés, de bouger les cours par la crainte, le repentir, l’amour, l’attendrissement, et autres, qui font partit de l’adoration, l’obéissance, et qui ne sont pas (comme la première manière) un amusement.

Il est obligé de distinguer entre l’écoute de ceux qui étaient proches, de ceux qui s’amusent d’elle, de l’écoute dans les mariages, les fêtes, les traditions, et entre celle qui est faite afin de réformer et de se rapprocher du Seigneur des cieux.

A celui-là (écoute par adoration) on pose la question suivante : Est-ce un rapprochement (d’Allah), une adoration, un chemin qui mène à lui (Allah), sont-ils obligés de faire cela afin d’attendrir les c½urs, afin d’engendrer la chair de poule (à ceux qui écoutent) vis à vis de leur Aimé (Seigneur), afin de purifier leurs personnes, afin d’enlever la dureté (dans) leurs c½urs, etc.

Comme le font les Chrétiens dans leurs églises, par adoration, par obéissance, et non par amusement.

Si cela est connu, alors la question est : Est-il licite pour ce Cheikh d’utiliser ces méthodes qui sont, soit illicites, soit détestables, soit licites ?
Comme rapprochement (d’Allah), adoration, obéissance, chemin qui mène à Allah, en prêchant (par ces moyens) à Allah, afin que se repentent les désobéissants, afin de diriger les perdus et de guider les égarés ?

Il est connu que la religion a deux bases, il n’y a pas de religion sauf avec ce quoi Allah a révélé, ni d’illicite sauf ce qu’Allah a rendu illicite.

Allah a critiquer les associateurs car ceux-ci ont rendu illicites ce qu’Allah a rendu licite, et ils ont légiférés dans la religion ce qu’Allah n’a pas permis.

Si l’on demande à un savant concernant un homme qui court entre deux montagnes si ce qu’il fait est licite, il dira oui, mais s’il le fait par adoration comme le Safa et marwa, alors la réponse est : Illicite détestable, on demande à l’auteur de se repentir, s’il refuse, il est tué.
(l’intention change)

De même, si on lui demande si découvrir sa tête, s’habiller du Izar et du vêtement, il dira que c’est licite, mais s’il fait cela avec l’intention de la sacralisation, alors c’est illicite détestable.

S’il est interrogé concernant un homme qui reste sous le soleil , il dira que c’est licite, mais si l’homme en question le fait par adoration, il dira que c’est détestable, rejeté.

Comme ce qui fût rapporté dans le Boukhari, de Ibn Abbas que le Prophète (paix sur lui) a vu un homme debout sous le soleil, le Prophète (paix sur lui) dit : « Qui c’est ? » On lui dit : « C’est Abou Israël, il veut être sous le soleil, il ne veut pas s’asseoir, ni s’ombrager, ni parler. »

Le Prophète (paix sur lui) dit : « Qu’il parle, s’assoie, s’ombrage, et continue son jeûne. »

S’il avait cela par repos ou par envie, alors, cela est licite, et il n’aurait pas été interdit de le faire, mais comme il l’a fait par adoration, il en fut interdit.

Ainsi l’homme qui rentre chez lui par derrière sa maison, cela n’est pas illicite, mais s’il fait cela par adoration comme cela était pratiquer à l’époque de l’ignorance.

Ils furent interdit de faire cela : « ….Et ce n'est pas un acte de bienfaisance que de rentrer chez vous par l'arrière des maisons. Mais la bonté pieuse consiste à craindre Allah. Entrez donc dans les maisons par leurs portes…. » S2V189

Allah a éclaircie sur le fait que cela n’est pas un acte de bienfaisance, même si ce n’est pas interdit, mais celui qui le fait par acte de bienfaisance, rapprochement (d’Allah), est un désobéissant, blâmable, innovateur, et l’innovation est plus aimée auprès du diable que le péché car le pécheur sait et il se repentit, l’innovateur croit que ce qu’il fait est une obéissance, il ne se repentit donc pas.

Pour cela, il y a celui qui assiste à cette écoute par amusement, ne voyant pas cela comme une bonne action, et ne désirant pas à travers cette action une récompense.

Et il y a celui qui le fait croyant que c’est un chemin qui mène à Allah, il a donc prit cela comme religion, et si on lui interdit cela, il est comme celui à qui on a interdit la religion.
Il voit qu’il a était empêcher (dans ce soi-disant rapport à) Allah, et donc, qu’il ne profitera pas d’une portion (récompense) d’Allah s’il délaisse cela (les écoutes de chant).

Ceux là, sont des égarés (pour) tous les savants Musulmans à l’unanimité, et aucun des Imams Musulmans ne dit que prendre cela (les écoutes de chant) comme religion ou chemin qui mène à Allah est une affaire licite.

Celui qui prend cela (ces écoutes de chant, tambours) comme religion, comme chemin qui mène à Allah, n’est qu’un égaré, qui va à l’encontre du consensus des musulmans.

Quand à celui qui ne voit que l’extérieur de l’acte, n’évoque que cela, et ne regarde pas son action et son intention, c’est un ignorant qui parle sur la religion sans science.

La question ici : Ce qu’ils font, est-ce un chemin (qui mène à Allah), un rapprochement (à Allah), une obéissance qu’aiment Allah et son Prophète (paix sur lui) ? ou non ?

Y a-t-il une récompense dans cela ? ou non ?

Et si cela n’est pas un rapprochement (à Allah) ni une adoration, et qu’ils le font avec ces intentions, alors, est-il licite qu’ils croient cela ? Qu’ils fassent cela de cette manière ?

Cette question, si elle est posé, alors il n’appartient pas à un savant qui suit le Prophète (paix sur lui) de dire que cela est un rapprochement (à Allah), une obéissance, une sorte d’adoration, ou un chemin (qui mène à Allah).

(Il n’appartient pas à ce savant de dire) Que c’est une manière de prêcher, et ce n’est pas une chose positive, ni conseillée, cela ne fait pas partie des obligations, ni des choses conseillées, ce n’est pas louable, ni bien, ni une obéissance, ni une adoration, pour l’unanimité des musulmans.

Celui qui fait quelque-chose qui n’est pas obligatoire ou conseiller, tout en croyant que c’est obligatoire ou conseiller, alors c’est un égaré innovateur.

Cette action (écoute des chants, tambours avec l’intention de l’adoration, de la religion) est interdite, sans aucun doute, surtout, ceux-là qui ont prie cette écoute (des chants) innovée comme chemin qu’ils mettent devant l’écoute du Coran, par prédilection, et passion.

Et peut-être qu’ils le mettent en avant par croyance, tu les trouves qui entendent le Coran avec des c½urs inattentifs, ils sont agités, et ils ne s’apaisent pas auprès de lui (le Coran).

Alors que s’ils entendent le battement des mains, et (ce qui a un rapport avec tout cela : chants, tambours), alors là, leurs c½urs écoutent, la relation s’établit entre l’amour (chant) et l’aimant, leurs voix s’humilient, les gestes sont posés (et ne sont plus agités).

Et il n’y a plus de toux, d’éternuement, de vacarme, de vocifération, alors que s’ils lisent du Coran, ou écoutent, c’est lourd et une corvée.

Comme si, ils écoutent ce dont ils n’ont pas besoin, qui n’a pas d’utilité, alors que lorsqu’ils entendent la flûte du diable, ils aiment ça, acceptent et leurs âmes s’adonnent à ça.

Ils sont les soldats du diable, les ennemis du très Miséricordieux, alors qu’ils pensent être ceux qui craignent Allah et ses amis.

Leurs situations ressemble aux ennemis d’Allah, que sont les hypocrites.

Le croyant aime ce qu’aime Allah, et déteste ce que déteste Allah, il prend pour allié les alliés d’Allah, il prend pour ennemi les ennemis d’Allah.

Alors qu’eux, ils aiment ce qu’Allah déteste, et détestent ce qu’Allah aime, ils prennent pour allié les ennemis d’Allah et prennent pour ennemis les alliés d’Allah.

Pour cela, ils ont une descente diabolique, à cause de leurs actes concernant les psaumes du diable (chant, music), et toutes les fois ou ils s’éloignent d’Allah, de son Messager (paix sur lui), du chemin des croyants, ils se rapprochent des ennemis d’Allah, des ennemis du Messager (paix sur lui) et ils se rapprochent des soldats du diable.

Parmi eux il y en a qui volent dans les cieux, alors que c’est le diable qui le porte, parmi eux il y en a qui terrassent les personnes présentes, alors que c’est les démons qui font cela.

Parmi eux il y a ceux qui présentent de la nourriture (normalement absente), des condiments, il ramène la cruche de nulle part, alors qu’en réalité, les démons sont la source de cela.

Les ignorants croient que c’est des miracles des pieux qui craignent Allah, alors que c’est les actes des devins, des sorciers, et de tout ce qui provient des diables.

Celui qui ne distingue pas entre les situations du miséricordieux et du démon ne sera pas reconnaître le vrai du faux.

Commenter cet article