Falah ibn Nafi’ al Harbi, chef de « la nouvelle Haddadia »

Publié le par 'Issa

Au nom d’Allâh le Très Miséricordieux le Tout Miséricordieux,arabie.jpg

la louange est à Allâh, le Seigneur des mondes,

que Sa prière et Son salut soient sur notre prophète Mouhamad



Voici pour vous une mise en garde contre Fâlih Al Harbi .

Avant de débuter, faisons un peu plus connaissance avec cet individu :

Son nom est Fâlih Ibn Nâfi’ Al Harbi. Il réside à Médine. Il était précédemment reconnu et recommandé par les savants, comme cheikh Ibn Bâz, qu’ Allâh lui accorde Sa miséricorde, cheikh Rabi', cheikh Al Jâbiri, cheikh An Najmi, qu'Allah les préserve, et d’autres. Puis, il commit de graves erreurs, parmi elles :

Il dénigra les savants.
Il qualifia d’innovateurs beaucoup de personnes de science sans aucune preuve.
Il dit qu’il n’est pas nécessaire de citer les causes d’une critique.
Il imposa l’imitation aveugle à l’ensemble des gens
et d’autres erreurs encore.



Plusieurs savants le conseillèrent, mais en vain : il refusait de revenir à la vérité et répondait par des mensonges et des insultes.

De ce fait, des savants mirent en garde contre lui et contre le site Internet qu’il dirige, « Al Athari ». Ce dernier essaya de le défendre en insultant de manière honteuse les savants. Ils tentèrent de trouver refuge chez certains savants . Ils trouvèrent de leurs part des réponses générales, du genre « ne parlez pas sur cheikh Fâlih ». Mais ce site oublia ou feignit d’oublier que la critique détaillée de la part d’un savant prévaut sur l’attestation d’honorabilité non détaillée de plusieurs savants, alors qu’en est-il lorsque la critique détaillée vient de plusieurs savants ?!


Il est important de signaler cela car peut-être trouverez- vous sur votre chemin des gens qui défendront Fâlih ou d'autres égarés en utilisant le même principe. Prenez donc garde !

A présent Fâlih continue sur son chemin, mais beaucoup de salafis l’ont délaissé, al hamdou lillahi.

Rentrons à présent dans le vif du sujet...





Mauvais comportement de Fâlih avec le Messager d'Allâh, paix et bénédiction d'Allâh sur lui, et avec ses Compagnons, qu'Allâh les agrée
Au sujet du Messager :


Fâlih adopte un mauvais comportement avec le Messager d'Allâh, paix et bénédiction d'Allâh sur lui. En effet, lors d'un cours il dit:


" à ce moment, le Messager d'Allâh se trouva dans un état anormal de colère"

Pour l'ecouter cliquez ici



Au sujet d''Omar Ibn Al Khattâb, qu'Allâh l'agrée:


Fâlih dit :
" à ce moment, par son amour du Prophète, 'Omar a comme perdu la tête..."


Pour l'écouter cliquez ici


Au sujet de ‘Aicha et Hafsa, qu'Allâh les agréé:



Faleh qualifie ‘Aïcha et Hafsa, qu' Allâh les agréé, comme étant des personnes qui ont polémiqué et rusé.



Pour l'écouter cliquez ici


Au sujet de ’Abdoullâh Ibn ‘Omar:


Fâlih dit :
« ’Abdoullâh ibn ‘Omar est un mouawil, c’est une chose connue chez les personnes de science. »


En disant ceci, il est en colère et tape le sol avec sa main.

[Le sens de mouawil : une personne qui interprète les textes d’une manière erronée.]


Propos rapporté par Hassan Abou Sultân le français, le yéménite, étudiant à l’Université Islamique de Médine et il fait partie de ceux qui étudient chez ‘Abdoulmouhsin Al ‘Abâd et ‘Abdoullâh Al Boukhâri.




Paroles de Fâlih sur les anciens savants
Fâlih dénigre des savants de la Sounna, tel qu'Ibn Al Qayyim, Ibn Hajr, Ad Dhahabi, An Nawawi, Ibn Al Jawzi.

Au sujet d'Ibn Al Qayyim



Fâlih se moque des propos de Ibn Al Qayyim au sujet des membres que le musulman doit avancer pour se prosterner dans la prière.


En témoigne 'Arafte Ibn Hassan Ibn Sâlih, étudiant en Magistère de Jurisprudence à l'Université Islamique de Médine. Il assiste également aux cours de cheikh 'Abdoulmouhsin Al 'Abâd.


Au sujet d'Ibn Hajr


Fâlih dit :
« Nous considérons Ibn Hajar à la lumière du Coran et de la Sounna. Qui ne dit pas d'Ibn Hajar que c’est un innovateur ?»


En témoigne Abou Mous’ab ‘Ali Ibn Nâsser Al ‘Adani, élève de cheikh Mouqbil et de certaines gens de science de Médine.


Au sujet des imams Adh Dhahabi, An Nawawi, Ibn Hajar et Ibn Al Jawzi.



Fâlih dit que l’on ne doit pas s’appuyer sur les propos de l’imam Ad Dhahabi, de l’imam An Nawawi, d'Ibn Hajar et d'Ibn Al Jawzi. Ils ne font pas parties des imams de Ahl As Sounna wal Jamâ’a, ils ne sont pas sur la voie et la croyance de Ahl As Sounna.



Pour l'écouter cliquez ici



Réponse des savants
Cheikh Al ‘Outhaymine


Les deux savants An Nawawi et Ibn Hajar ont certes beaucoup amené à la communauté islamique et ils ont un réel mérite. Leurs erreurs dans l’interprétation des attributs d’Allâh sont recouvertes par leurs mérites et par ce qu’ils ont amené de choses bénéfiques(…) Notre avis est qu’ils font partie de Ahl As Sounna wal Jamâ’a. En témoignent leurs services rendus à la Sounna du Messager d’ Allâh r et leurs ardeurs à la nettoyer de ce qui lui est attribué comme défauts (…). Nous espérons qu’ Allâh leur pardonnera.)

Voir Kitab al’ilm de cheikh Al ‘Outhaymine, question 98.

Pour télécharger le Livre cliquez ici


Cheikh Saleh Al Fawzân :


Question : « Certaines personnes disent de certains imams comme Ibn Hajar, An Nawawi, Ibn Hazm, Al Showkâni et Al Bayhaqi qu’ils sont des innovateurs. Sont-ils véridiques ? »

Réponse : « Les mérites de ces imams, leurs science abondante, le profit qu’ils apportent aux gens, leurs efforts fournis pour préserver et propager la Sounna, leurs immenses livres, tout cela couvre leurs fautes (…) An Nawawi, Ibn Hazm, Ibn Hajar, Al Showkâni, Al Bayhaqi, ceux- la sont des grands imams, dignes de confiance aux yeux des gens de science (…) mais toi pauvre homme ! Qu’as-tu apporté comme profit aux musulmans ? Qu’as-tu accumulé comme science ? Connais- tu ce que connaît Ibn Hajr et An Nawawi ? As-tu apporté aux gens ce qu’ont apporté Ibn Hazm et Al Bayhaqi ?!

Voir: Al Awjouiba al Moufida, question 100

Pour lire l'article en arabe cliquez ici


Cheikh Al Jâbiri et cheikh Sâlih âl Cheikh


La question suivante a été posée à cheikh ‘Obeïd Al Jâbiri et à cheikh Sâlih âl Cheikh :

« Que dites vous de gens qui nous disent : vous réprouvez At Tourâbi, At Talmalsâni, Al Ghazâli, Al Qardâwi, vous les qualifiez d’innovateurs, vous médisez d’eux, et vous ne citez pas leurs bons cotés. Alors qu’il existe des imams qui sont tombés dans des innovations comme Ibn Hajar et An Nawawi, vous dites du bien des anciens et vous parlez en mal de ceux qui sont venus après. »


Cheikh Al Jâbiri :


Fait partie des fondements la réplique au contrevenant même si celui-ci est un imam, un savant, sans tenir compte de ses bonnes actions. On réplique à l’erreur et on montre la vérité. Même si celui qui s’est trompé est un compagnon du Prophète

Celui qui observe les livres de Jarh a Ta’dil (critique et attestation d'honorabilité) trouvera que les bonnes actions des personnes critiquées ne sont pas citées, ou sinon très rarement. Le meilleur exemple est le récit dans lequel Fâtima Bint Qayss demande conseil au Prophète et l’informe que Mou’âwia et Abou Jahm, qu’ Allâh les agréé, l’ont demandé en mariage. Le Messager lui répond : « Quant à Mou’âwia, il est pauvre, quant à Abou Jahm, il ne cesse de frapper ses femmes ». Ces deux hommes ne sont-ils pas des compagnons du Messager d’ Allâh r ? Donc, le but recherché en montrant les erreurs et en montrant la vérité est de conseiller la communauté.

Concernant Ibn Hajar et les fautes qu’il a commises dans ses livres : je ne pense pas que les savants se soient tus sur ce sujet. Dans certaines éditions du livre « Fath Al Bâri », se trouvent des commentaires de cheikh Ibn Bâz et d’autres. Les savants ont montré les erreurs commises par Ibn Hajar ou par d’autres savants, comme An Nawawi.

Par contre, concernant Al Ghazâli, Al Qardâwi et d’autres, la communauté a été éprouvée par ces gens et par conséquent, leurs fautes sont plus lourdes. La situation exige donc que l’on leur réplique par la manière forte.

Quant aux fautes de Ibn Hajar et de An Nawawi dans leurs livres, seul les étudiants s’en aperçoivent. Quant à ceux là, l’élite et la masse des gens en sont éprouvées…


Cheikh Sâlih âl Cheikh :


Premièrement, la comparaison donnée par cette personne est une preuve de son ignorance. Comment peut on comparer Ibn Hajar et An Nawawi à des gens comme At Tourâbi, Al Ghazâli et Al Qardâwi. Aucune comparaison possible. Ceux- là aiment la Sounna et l’expliquent. Leurs fautes d’interprétation sont minimes par rapport à ce qu’ils ont expliqué de l’Islam. Jusqu’à présent les gens de science ne cessent de profiter de leurs paroles ; plus encore, ils ne cessent de comprendre les textes du Coran et de la Sounna à l’aide de leurs explications car ils étaient réellement des gens de science.

Quant à ces contemporains, At Tourâbi, Al Ghazâli, Al Qardâwi, At Talmalsâni et leurs semblables, ce sont des chefs qui ont appelé les gens à ne pas s’accrocher à la Sounna et qui ont appelé à la rejeter. Il y a donc une différence entre celui qui se trompe, qui s’écarte de la vérité, dans un point, ou dans une branche de l’Islam, dans une affaire de croyance ou deux, et entre celui qui va à l’encontre de la base de l’Islam. Ces derniers ne donnent aucune valeur au Tawhid. Les partisans de l’unicité ont subi de leurs parts les plus grands préjudices.


Prenez At Tourâbi : il voit qu’il faut renouveler les fondements de l’Islam et de la Jurisprudence, qu’il faut instaurer de nouveaux fondements de Jurisprudence convenant à notre époque pour comprendre le Coran et la Sounna.

Al Ghazâli rejette la Sounna quand elle va à l’encontre de sa raison et sa compréhension.

Al Qardâwi est sur la même voie.

At Talmalsâni ne connaît pas le l’unicité de l’adoration ni la Sounna…


Ceci n’est pas étonnant car tous sortent de l’école des Frères Musulmans. Cette école est connue pour ces fondements et ses méthodologies. Il n’est donc pas étonnant qu’elle forme de telles personnes à l’avenir…


Par conséquent, les réprouver eux et leurs fautes est une obligation car ils égarent les gens au nom du prêche, et les jeunes les magnifient sous prétexte qu’ils sont des prêcheurs de l’Islam.


Quant à Ibn Hajar et An Nawawi, nous n’avons jamais entendu quelqu’un défendre une de leurs fautes touchant à la croyance sous prétexte que Ibn Hajar a dit ou que An Nawawi a dit. Seulement, leurs fautes ont eut lieu à leurs époques et le profit que les gens ont tiré de leurs sciences abondantes et leurs compréhensions éclairées est resté.


Il n’est donc pas permis de comparer ceux-ci avec ceux-là.


écouter les réponses

(À la 16è min environ)



Paroles de Fâlih sur les savants contemporains
Concernant cheikh Al Albâni, Rabi' Al Madkhali, Ali Hassan:



Fâlih dit au sujet de cheikh Al Albâni, de cheikh Rabi’ et de cheikh ‘Ali Hassan:
«Ils ont fait de la croyance de Ahl As Sounna Wa Al Jama’a la croyance des partisans de l’innovation. Ils ont fait de toute la communauté des Mourjis.»

écouter

Réponse des savants à ce mensonge

Cheikh Al Louhaydân:

Question : Il existe un site appelé « Al Athari » qui dénigre des savants de la Sounna comme cheikh Rabi’, cheikh As Souhéïmi, cheikh Al Jâbiri, cheikh An Najmi et bien d’autres encore. Quel conseil leur adressez- vous ?



Réponse: Je leur conseille de demander pardon à Allâh, de se repentir à Lui, et d’arrêter de dénigrer leurs frères.


Question : « Ils l’accusent d’insulter Allâh et de se moquer du Coran »

Réponse : Sans aucun doute ils mentent. In sha Allâh, Allâh va le blanchir de cette vilaine accusation.



écouter





Cheikh ‘Abdoulmouhssin Al ‘Abâd:

Mettre en garde contre cheikh Al Albâni fait partie des plus étranges choses. Mettre en garde contre un homme qui a servi la Sounna, qui a passé sa vie à l’étudier !? En fait, il y a deux personnes vers lesquelles les gens qui étudient la science du Hadith ne peuvent se passer de revenir: Al Hafidh Ibn Hajar et cheikh Al Albâni. C’est pour cela que mettre en garde contre Al Albâni c’est mettre en garde contre la connaissance de la vérité et l’arrivée à la Sounna.

Pour l'ecouter cliquez ici



Cheikh An Najmi:



Question : Des personnes qui ont été éduquées avec des livres de Sourouris et de Hizbis accusent les trois imams Al Albâni, Ibn Bâz, et Al ‘Outhaymine d’être des Mourjis car ils ne rendent pas les gouverneurs mécréants. Quel est votre commentaire ?



Réponse : Ceci est de l’ignorance et de l’égarement. Ces innovateurs nous montrent chaque jour un nouveau visage. Si ces trois imams, ses grands savants de la communauté sont qualifiés de Mourjis, qui reste t-il ? Il ne reste personne. Ceci est une catastrophe. Mon avis est que ces gens, après avoir vérifié qu’ils aient dit cela, soient arrêtés, corrigés, frappés. S’ils ne reviennent pas, peut-être alors y aura-t-il besoin de les corriger plus encore.



écouter


Question : Est-il vrai que cheikh Al Albâni et cheikh Rabi' sont des Mourjis et qu’ils ont emmené la communauté dans l’Irjâ (le mouvement des Mourjis) ou bien qu’ils sont en accord avec les Mourjis ?



Réponse : Cheikh Rabi’ et cheikh Al Albâni ne sont pas des Mourjis et ne sont pas en accord avec les Mourjis. Ceci n’est qu’un mensonge. Son auteur devra rendre des comptes à Allâh. Cheikh Al Albâni et cheikh Rabi' sont des partisans de la Sounna, ont défendu la Sounna, l’ont appliqué… regardez les livres de cheikh Al Albâni, soubhân Allâh ! Nous n’avons vu personne accomplir le travail qu’il a accompli ! Et maintenant on vient dire qu’il est un Mourji ? Celui qui dit cela n’a pas honte !? Ne craint-il pas Allâh !?

De même cheikh Rabi’ : il fait partie des partisans de la Sounna, de ceux qui ont passé leur vie à défendre et propager la Sounna. Il a mis à jour les innovations des innovateurs. Il faut invoquer Allâh qu’Il lui accorde la réussite et la constance. Il n’est pas permis de forger de telles accusations. Cela par Allâh est haram ! Par Allâh c’est haram ! Ceux qui disent cela sont un groupe appelé « Al Hadâdia ».

Je conseille de ne pas les écouter. Celui dont vous entendez ce genre de parole, sachez qu’il est au bord d’un précipice. Conseillez le, peut-être Allah l’amènera-t-il à se repentir.



écouter










Cheikh Zayd Al Madkhali:

Il n’est pas permis d’accuser les savants salafis de Mourji' ou de porter d’autres accusations mensongères. Celui qui dit cela doit se repentir avant de mourir. Allâh dit dans le Hadith Qoudsi : « Celui qui prend en ennemi un de Mes alliés je lui déclare la guerre ».

Pour l'ecouter cliquez ici


Cheikh Al ‘Oubéïkân:



Dans une conversation téléphonique avec un frère, cheikh al ‘Oubéïkân explique les choses suivantes :

Il existe des personnes qui qualifient de Mourji des partisans de la Sounna, et ceci est une erreur.


Ensuite, le frère explique au cheikh que des personnes dans le site « Al Athari » disent de cheikh Rabi’ que c’est un Mourji car il dit que la foi augmente et augmente à tel point qu’elle devient comme les montagnes, et qu’elle baisse et baisse à tel point qu’il n’en reste plus qu’un iota. Cheikh répond que cette parole de cheikh Rabi' n’est pas du tout la parole des Mourjis et qu’elle est en totale contradiction avec le mouvement des Mourjis.


Ensuite cheikh conseille les gens de craindre Allâh et de ne pas jouer avec la voie des Salafs, de ne pas agir comme les innovateurs : ils interprètent à leurs manière certaines paroles de personnes qu’ils détestent. Ils veulent ainsi faire fuir les gens de ces personnes.


Ensuite le frère l’informe qu’une cassette est diffusée sur le site « al Athari » dont le titre est : « Paroles des savants sur le Manhaj de cheikh Rabi’ ». Sur sa pochette, il y a cité, entre autres savants, cheikh Al ‘Oubéïkân. Les questions sont adressées aux savants de cette manière : « Que dites vous de quelqu’un qui dit telle chose ? ». Les savants répondent alors selon la question posée. Ensuite ces réponses sont appliquées sur des personnes précises, comme cheikh Rabi’.

Cheikh Al ‘Oubéïkân s’étonne et nie avoir dénigré cheikh Rabi’. Il ajoute qu’il le respecte et qu’il est impossible qu’il dise quoi que ce soit de ce genre à son sujet.

Il dit également que certains d’entre eux trompent les gens et transforment les paroles.

Un jour, une personne en Europe l’a appelé et lui a dit : « Que dites vous de quelqu’un qui dit telle et telle chose ? ».

Cheikh a alors réprouvé cette parole et a ensuite demandé qui en était l’auteur.

La personne lui dit alors : «C’est cheikh Rabi’ ».

Cheikh a répliqué en disant qu’il était impossible que cheikh Rabi’ dise cela !

Ensuite cheikh a remarqué que la parole attribuée à cheikh Rabi’ n’était pas authentique et qu’elle était trafiquée !



écouter

Voir également cet article par le frère Soultân Al Jouhani, un élève de cheikh Rabi', au sujet de cette k7 trafiquée

ici



Réponse de cheikh As Soubéïl:

On rapporte à cheikh les points suivants : Le site « Al Athari » insulte beaucoup cheikh Rabi’ Al Madkhali et le dénigre. Ils disent de lui qu’il dénigre les Prophètes, qu’il parle en mal d’ Allâh et qu’il se moque du Coran.

Ils disent que la cause de tout cela est qu’il a grandi avec les Frères Musulmans et qu’il n’a pas été éduqué avec la bonne 'Aqida. Ils disent de lui et de cheikh Al Albâni que ce sont des Mourjis.


Cheikh répond en disant que tout cela est faux, que cheikh Rabi' est un excellent homme, qu’il est sur la Sounna, et que ceux qui ne veulent pas de lui n’aiment pas la Sounna.


On lui rapporte ensuite que celui qui conduit ce site « Al Athari » est Fâlih Al Harbi. Alors cheikh répond en invoquant Allâh qu’Il guide Fâlih.



écouter



Réponse de cheikh Mouhamad Ibn ‘Abdilwahâb Al Wassâbi:



" Nous disons à ceux qui dénigrent les savants de la Sounna tels cheikh Al Hajouri, cheikh Mouhamad Al Imam, cheikh Rabi’, cheikh Al Fawzân, cheikh An Najmi, ou autre savants de la Sounna : craignez Allâh et prenez garde à ce que vous dites, ne perdez pas votre temps ni vos bonnes actions. Vous devriez plutôt invoquer Allâh en faveur de ces savants, qu’Il leur facilite leur mission : la propagation du bien, de la Sounna et du Tawhid."


écouter






Réponse de cheikh ‘Abdourrahmân Al ‘Adani:



Question : Les moqueries et les dénigrements se sont multipliés au sujet de cheikh Rabi', ses frères et ses étudiants. On l’accuse de Mourji de « tamyi’ » (1) comme dans le site Al Athari. Quel est votre conseil ?

Réponse : "Allâh a élevé les savants en degré, il faut donc les respecter. Parmi les plus grands savants de notre époque se trouve cheikh Rabi’ al Madhkali. Il fait partie des imams des musulmans.

Et en vérité dénigrer les savants c’est vouloir dénigrer la voie à laquelle ils appellent. Et comme ils ne peuvent pas s’attaquer à la Sounna du Messager r ils s’attaquent aux savants. Il faut donc que les musulmans prennent garde à cette vilaine conspiration menée par nos ennemis.

Il faut que les auteurs de ces insultes craignent Allâh et qu’ils sachent qu’ils auront des comptes à lui rendre le jour du jugement."

(1) Les savants utilisent ce terme pour définir une attitude ambiguë vis à vis des innovateurs, dans le but se rapprocher d'eux. Ce qui a pour conséquence qu'on prend une attitude "molle", "fluide", avec les innovateurs et qu'on dilue les principes de la Da'wah Salafiyyah avec toute sortes de compromis

écouter


Réponse de cheikh ‘Abdoullâh Ibn ‘Outhmân:



Nous ne connaissons de cheikh Rabi’ que du bien. Il fait partie des grands défenseurs de Ahl As Sounna. Il met en garde contre les innovations appliquant ainsi la voie des Salafs.

Quand à ceux qui l’accusent de « Mourji », de deux choses l’une : ou bien ils ne connaissent pas l’Irjâ, ou bien ils ont de la haine contre cheikh Rabi’.

Cheikh Rabi’ fait partie de ceux qui sont les plus éloignés de l’Irjâ. Et qu’est-ce que l’Irjâ ? Cheikh Rabi’ encourage à pratiquer les actes surérogatoires et met en garde contre le fait d’aller à l’encontre de la Sounna dans des domaines qui pourraient sembler pour beaucoup de gens être légers, faciles. Comment donc peut-on l’accuser de Mourji ? Et avant lui cheikh Al Albâni a été victime de la même accusation. La plupart du temps, ceux qui profèrent de telles accusations contre ces savants font partie des partisans de l’innovation. Ou bien ils ont emprunté certaines pensées des khawârijs ou bien des Mou’tazila et d’autres.



écouter









Réponse de cheikh ‘Abdoulaziz Al Boura’i:

Ces dénigrements sont-ils venus de la part de cheikh Ibn Bâz, de cheikh Al Albâni, de cheikh Mouqbil, de cheikh Al ‘Outhaymine, ou de cheikh Al Fawzân ou des autres savants notoires ?

Si ces dénigrements viennent de Fâlih ou de ses semblables comme Fawzi Al Athari alors leurs auteurs sont comme un petit qui veut renverser une montagne.

Ces dénigrements proférés par les gens du site « Al Athari » sont une comédie. Celui qui entre dans ce site verra que c’est comme une cour de récréation, que c’est un désordre total. On voit qu’ils ne sont pas dignes de confiance en matière de science, on ressent qu’ils n’ont pas de crainte d’Allâh et on ne voit pas chez eux de bon comportement. C’est pour cela que leurs propos ne nuisent en rien à cheikh Rabi’.

Je ne connais personne au Yémen qui puisse dire de lui-même qu’il est d’accord avec Fâlih Al Harbi.

écouter


Concernant cheikh An Najmi, Zayd Al Madkhali, As Souhaïmi, Al Jabiri, Mouhamad Ibn Hadi

Fâlih dit de cheikh An Najmi, cheikh Zayd Al Madkhali, Mouhamad Ibn Hadi, cheikh As Souhéïmi et cheikh Al Jâbiri qu’ils s’entraident dans le faux, qu’ils sont comme un certain type d’oiseau, le ganga: quand un pousse un cri tous les autres poussent un cri.



écouter


Concernant cheikh Mouqbil

Fâlih dit: «Il y a en cheikh Mouqbil de l’idiotie et de la stupidité.»

La réponse de cheikh Al Albâni

« Celui qui dénigre cheikh Rabi’ et cheikh Mouqbil est ou bien un ignorant ou bien quelqu’un qui suit ses passions.
Quant à l’ignorant, on peut lui montrer la vérité, quant à celui qui suit ses passions, nous recherchons la protection d’ Allâh contre son mal, et nous demandons à Allâh qu’Il le guide ou qu’Il lui brise le dos.»

écouter

Fâlih dit: « Il n’est pas plus qu’un étudiant »

Cheikh Yahya Al Hajouri répond
« Ceci est un dédain à l’égard d’un grand Mouhaddith et d’un savant connu, et le Prophète a dit : « L’orgueil c’est dédaigner les gens et refuser la vérité » (rapporté par Mouslim). La science du grand savant Mouqbil a rempli des pays entiers et des millions de gens en ont profité. Chacun de ses livres est considéré comme une référence dans le sujet qu’il traite. »


Fâlih dit: « Il lui faut se sortir de l’égarement dans lequel il se trouve. »

Cheikh Yahya Al Hajouri répond
« Par Allâh, pas un chef shiite, soufi ou ikwâni, ne s’est avisé, selon mes connaissances, de prononcer un tel jugement injuste à l’égard de quelqu’un connu pour être un imam de la Da’wa Salafia au Yémen. Cela malgré qu’il ait critiqué chacune de ces sectes et qu’il ait démontré leurs égarements. »


Fâlih dit : « Il a détruit deux piliers de la religion : l’Analogie (Al Qiâss) et la rébellion contre les gouverneurs ».



Cheikh Yahya Al Hajouri répond
« Le Prophète a dit : « L’Islam est basé sur cinq piliers : l’attestation qu’il n’y a pas de divinité à part Allâh et que Mouhamad est le messager d’Allâh, l’accomplissement de la Prière, le don de la Zakât, le Pèlerinage et le Jeûne du Ramadân. »


Qui des savants a considéré l’Analogie comme un sixième pilier de l’Islam ou un septième pilier de la Foi ? Et qui parmi eux a considéré l’obéissance aux gouverneurs comme un pilier de l’Islam ou de la Foi ? Ils disent seulement que l’obéissance est obligatoire quand le gouverneur n’ordonne pas une désobéissance. Et ce que cheikh Mouqbil détestait le plus c’était la rébellion contre le gouverneur musulman.


Fâlih dit : « Les étudiants de l’Université Islamique ont répandu la Sounna au Yémen pendant que cheikh Mouqbil travaillait dans la pierre et la boue. »

Cheikh Yahya Al Hajouri répond
« Cette parole à l’odeur de la jalousie. Elle est fausse à l’extrême. Tout le monde parmi Ahl As Sounna et les autres savent que c’est cheikh Mouqbil qui a appelé à la Sounna. Allâh l’a diffusée au Yémen par son intermédiaire et l’intermédiaire de ses élèves. »




Fâlih dit : « Il interdit aux étudiants de rentrer à l’Université Islamique »

Cheikh Yahya répond
« Cheikh Mouqbil n’a cessé de donner des tazkia (recommandations) à ceux qu’il connaissait pour qu’ils aillent étudier à l’Université Islamique. Il en a donné une multitude. Il ne s’en est abstenu que quelque années avant sa mort lorsqu’il fut informé que l’université n’était plus ce qu’elle était. »


Fâlih dit : « Il ne vaut pas l’ongle d’un pied. »

Cheikh Yahya répond
« Ceci est un énorme mensonge. Où en est cheikh Fâlih de la parole d’ Allâh "Allâh élèvera en degrés ceux d'entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir."



Fâlih dit: « Il n’y a pas au Yémen de savants après cheikh Mouqbil »

Cheikh Yahya répond

« La passion aveugle et rend sourd. Fâlih dit de cheikh Mouqbil avant sa mort « Il n’est pas plus qu’un étudiant » et voila qu'après sa mort il dit le contraire ».

Cheikh Yahya dit que les propos de Fâlih précédemment cités sont rapportés par ‘Abdoullâh Al Ashmouri lors d’une assise avec Fâlih en présence de cheikh Moulfi As Sa’idi, de Abou Mouhamad Hassan Ibn Majli et d’autres étudiants.

cliquez ici

Voir le document original dans le site officiel de cheikh Yahya.



Concernant cheikh Al 'Outhaymine


Fâlih dit de cheikh ‘Outhaymine: « Il lui a été difficile d’accepter le hadith de l’Espionne. »

écouter


(Voir ce hadith dans Sahih Mouslim, Livre des troubles et des signes de l’Heure, Le Récit de l’Espionne).






Fâlih : « Il ne sait pas ce qui sort de sa tête. »


Cheikh An Najmi répond
« Mais ce qui est blâmable de la part de cheikh Fâlih c’est qu’il dise au sujet d’un honorable savant et d’un jurisconsulte expert : « il ne sait pas ce qui sort de sa tête ». Supposons que quelqu’un dise la même chose de cheikh Fâlih, ne se mettrait-il pas en colère !!? »


Fâlih : « Pourquoi un étudiant ne ferait-il pas des recherches dans les livres de cheikh Al 'Outhaymine afin de compiler les fautes qui s’y trouvent ?»

Cheikh An Najmi répond

« N’y a-t-il pas dans cette manière de parler habillée de rabaissement et d’avilissement de l’offense, et quelle offense ! envers cheikh al ‘Outhaymine, qu’ Allâh lui accorde Sa miséricorde, et envers tous les savants ? Si, par Allâh !»

Cheikh An Najmi rapporte dans un article officiel diffusé sur "Sahab"que cela lui a été rapporté par deux étudiants dont le témoignage serait valable pour appliquer la loi du talion.

ici



Concernant cheikh Al Fawzân, Al Louhaydân, 'Abdoulaziz âl Cheikh et Al Ghoudayân

Fâlih dit de cheikh Al Fawzân, Al Louhaydan, ‘Abdoulaziz âl Cheikh et Al Ghoudayân qu’ils ont de la science mais qu’ils n’ont pas de manhaj.

Et il dit de cheikh Sâlih âl Cheikh qu’il n’a ni science ni manhaj.

En témoigne ‘Abdoulwahid Ibn Hadi Al Madkhali, diplômé de la Faculté de Droit à l’Université Islamique.


Il dit de cheikh ‘Abdoulaziz âl Cheikh que c’est un Frère Musulman, un vilain.

En témoigne Ahmad Ibn Hamad Jilân, un prêcheur au Centre de la Prédication et de l’Orientation à Joudda. Il a également enseigné à l’Université de Oum Al Qoura.

Un frère dit à Fâlih qu’il a essayé de joindre cheikh Al Fawzân et cheikh ‘Abdoulaziz âl Cheikh afin de répliquer au livre de cheikh ‘Abdoulmouhssin Al ‘Abâd, qu' Allâh le préserve, (Rifqan Ahl As Sounna).

Fâlih lui a répondu:
«Je ne pense pas qu’ils te répondront, ils ne sont pas prêts à le lire ni à le critiquer à partir du moment où c’est Al ‘Abâd qui l’a écrit. En effet, il est à leurs yeux une personne de confiance. Ils ne sont pas prêts à dire de la vérité que c’est la vérité ni du faux que c’est le faux du moment que ça concerne telle et telle personne.»



écouter


Concernant cheikh As Souhéïmi

On demande à Fâlih s’il a dit que cheikh As Souhéïmi fréquente les sectaires. Il répond qu’il ne sait pas, qu’il ne pense pas avoir dit cela. Il détourne la question et fuit en demandant pourquoi on lui pose cette question, ajoutant que tout le monde, y compris lui, marche avec les sectaires car ils vivent dans notre société.


écouter



Remarque : il a parlé sur tellement de gens qu’il ne se rappelle même plus sur qui il a parlé ?!


Concernant cheikh 'Obéïd Al Jâbiri


Fâlih dit
"'Obéïd Al Jâbiri porte de fausses accusations et profère de fausses paroles"

écouter


"Il s'est égaré"

écouter


"As Souhéïmi le rejoint dans ces attaques et ces mensonges"

écouter

Fâlih imite cheikh 'Obéïd Al Jâbiri

écouter


"Je ne m'imaginais pas que la raison et la réflexion d'Al Jâbiri atteindraient un niveau si bas"

écouter


Concernant cheikh 'Abdoulmouhssin Al 'Abâd


Falah:
"Un frère a répliqué a cheikh Al 'Abâd d’une manière qui l’a mis à nu.

Il est devenu tel un fauve blessé.

Al ‘Abâd a écrit un autre livre qui l’a complètement avilit et à présent nos frères ont délaissé ses cours.

Al ‘Abâd a menti.

Il a été éprouvé dans le domaine du Manhaj. Il est un opposant au Manhaj Salafi."



écouter


Concernant cheikh Rabi' Al Madkhali


Fâlih compare cheikh Rabi' à un chien furieux

écouter


Il monte ses partisans contre cheikh Rabi'

écouter


Il pousse les gens à rigoler de lui

écouter

Il compare les savants qui ont supporté cheikh Rabi' à des supporters de football.

écouter

Fâlih pour prouver qu’il a raison dans son différent avec cheikh Rabi’, qu’ Allâh le préserve, s’appuie sur un rêve qu’a vu une de ses connaissances dans lequel cheikh Rabi’ pleure pendant que Fâlih débat avec lui.

écouter


Remarque : Fâlih ne sait-il pas que ce sont les Soufis qui argumentent par les rêves?

Commenter cet article